« Françoise développe des idées plutôt originales sur la narration en arguant que “la première personne n’est pas subjective”. »

Dans une critique sur Une sorte de nitescence langoureuse de Sylvie Bérard qu’elle a partagée (publiquement) sur Facebook, France Boisvert (auteure, entre autres, de Professeur de paragraphe, qui figure dans mes prochaines intentions de lecture, et pas juste parce qu’elle parle de moi) parle de moi!

 

Vous trouverez aussi cette critique sur le site de France Boisvert dans la section «Lectures».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *